Découvrez
notre blog

Le risque macroéconomique mondial
en 2022.

Le risque macroéconomique est une mesure globale qui prend en compte de nombreux facteurs de risque externes susceptibles d’avoir un impact sur les portefeuilles des investisseurs et les évaluations des entreprises dans un pays. Ces facteurs comprennent des éléments tels que la politique monétaire, les flux commerciaux et le climat politique.

Dans les données d’Allianz Trade, le risque macroéconomique d’un pays est déterminé en fonction des catégories suivantes :

Risque économique : endettement, politique monétaire, structure économique.
Risque politique : indépendance institutionnelle, efficacité des politiques, concentration du pouvoir.
Environnement structurel des affaires : Facilité à faire des affaires, cadre réglementaire.
Risque commercial : perturbation de la demande à court terme.
Risque de financement : Risque de perturbation à court terme des comptes clients.

Dans le contexte de ces données, chaque calcul du niveau de risque macroéconomique est en définitive une approximation représentant le risque que les entreprises ne remboursent pas leurs dettes dans un pays donné.

Des défis croissants :

Après que les États-Unis ont augmenté les taux d’intérêt dans les années 1980, de nombreux marchés émergents sont entrés en crise en raison de l’augmentation des paiements de la dette (libellée en dollars américains). Dix ans plus tard, la hausse des taux d’intérêt américains a déclenché la crise du peso mexicain en 1994.

Plus récemment, en 2013, lorsque la Fed a commencé à réduire ses achats d’obligations, cela a entraîné de fortes sorties d’investissements en Inde, en Indonésie et au Brésil.

Aujourd’hui, alors que les taux d’intérêt américains augmentent au rythme le plus rapide depuis des décennies, les marchés émergents sont confrontés à de nouvelles pressions. La bonne nouvelle est que certains pays absorbent le choc grâce à des réserves bancaires plus importantes et à une croissance raisonnable. Cependant, dans le même temps, une inflation élevée et des troubles sociaux alimentent un risque accru.

Compte tenu de cette situation complexe, quels sont les pays et les juridictions les plus à risque face aux tensions géopolitiques?

Un régime autoritaire s’est emparé de l’Afghanistan, où les Talibans fêtent le premier anniversaire de leur règne. L’Argentine, également à haut risque, est confrontée à une augmentation annuelle de l’inflation de plus de 70 %, qui pourrait atteindre 100 % d’ici la fin de l’année.

Après l’invasion de l’Ukraine, le risque pour la Russie est passé au niveau le plus élevé. Malgré les sanctions radicales qui frappent la neuvième économie mondiale, le PIB devrait chuter de 3,4 %.

Résister à la tempête :

Bien qu’ils soient souvent confrontés à leurs propres défis, de nombreux pays continuent d’être considérés comme présentant un risque macroéconomique faible. Plusieurs d’entre eux se trouvent en Europe, en Asie et dans de petites juridictions insulaires, en plus de l’Amérique du Nord.

Bien que Taïwan soit confronté à des tensions accrues avec la Chine, le risque reste faible en raison d’institutions solides et d’une démocratie multipartite stable. Néanmoins, l’objectif de la Chine de gouverner le pays pourrait s’intensifier et devenir plus explicite.

En outre, le Royaume-Uni a été confronté à une instabilité croissante du marché après avoir annoncé des réductions d’impôts audacieuses qui ont été abandonnées par la suite. Les investisseurs sont devenus inquiets, comme en témoignent la chute de la livre sterling et la hausse des rendements des obligations d’État.

Aux États-Unis, la hausse des taux d’intérêt pourrait faire peser un risque supplémentaire sur la dette des entreprises.

Aujourd’hui, la dette des entreprises américaines représente 80 % du PIB, contre 67 % en 2007. Près d’un tiers de cette dette se situe dans la catégorie d’investissement la plus basse. Toutefois, les réformes qui ont suivi la crise financière mondiale ont obligé les banques à respecter des exigences plus strictes en matière de fonds propres, ce qui a placé les institutions réglementées dans une position plus forte pour résister aux turbulences du marché.

Risques géopolitiques :

Le risque que la Russie interrompe totalement l’approvisionnement en gaz de l’Europe pourrait poser des problèmes croissants, notamment en 2023 et 2024. Cette année, les approvisionnements en gaz de la Russie vers l’Europe ont été réduits de moitié, ce qui a entraîné une hausse record des prix de l’énergie. La pénurie d’énergie a précipité le sauvetage d’entreprises, dont l’une des plus importantes de l’histoire de l’Allemagne.

L’insécurité alimentaire mondiale pourrait également s’accélérer si la pénurie d’approvisionnement s’aggrave. La Russie et l’Ukraine fournissent 10 % des calories mondiales et approvisionnent 26 pays avec au moins la moitié de leurs produits céréaliers.

Un autre risque potentiel est la tendance à la démondialisation. Bien qu’elle soit difficile à mesurer, certaines données vont dans ce sens. Au cours des dernières années, le commerce mondial par rapport au PIB a stagné après avoir augmenté pendant plusieurs décennies.

Source : Advisor

Télécharger

Pour suivre l’actualité du commerce international,
inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez vous

Besoin d'un renseignement ?
Contactez-nous

Nous répondrons à votre demande dans les plus brefs délais.

Contact